Córdoba : ville historique et hydroponique

Nous arrivons à nouveau au petit matin grâce au bus de nuit à Cordoba, mélange réussi d’une ville moderne au milieu des ruines jésuites et autres patrimoines mondiaux de l’humanité.
En 2006 la ville a reçu le prix très convoité de Capitale Culturelle des Amériques et on comprend pourquoi quand on s’y ballade. Des galeries, des cafés, des musées, des étudiants et une vie nocturne animée.

Cappuxino Catedral

Cappuxino

Cappuxino

Nous arrivons au Pewman Che, notre hostal. L’accueil est très sympathique et la convivialité des résidents qui semblent tous travailler ici nous fera, pour une fois, oublier le bruit incessant des auberges de jeunesse !

Locro argentin (cassoulet de maïs)

Le premier jour, nous visiterons simplement la grande avenue avec sa cathédrale immense (cappuxino) et nous nous baladerons dans le quartier bohème où nous mangerons une glace, une obligation touristique en Argentine, les argentins raffolent des glaces et du Dulce de leche qu’ils mangent un peu comme on mange le nutella. Le Dulche de leche et une sorte de caramel très crémeux. Le quartier bohème de Cordoba regorge de designers, artisans, cafés et restaurants à la mode.
Le lendemain nous allons à la manzana Jesuitica (quartier jésuite). Un petit quartier anciennement construit par les jésuites et devenu une rue piétonne avec des facultés et musées. Seule une église conserve la fonction qu’elle avait jadis. Au bout de ce quartier il y a une petite crypte jésuite, redécouverte en 1989 lors de l’installation de câbles téléphoniques.

Museo de la memoria les Cellule

Nous nous rendons ensuite au musée de la mémoria qui nous rappelle malheureusement l’atroce S21 à Phnom Phen. La dictature militaire dura de 1976 à 1983 et sous le commandement du général Jorge Videla le pays se retrouva dans ce qui fût appelé « la guerre sale ». En huit ans, 30 000 personnes « disparurent ». La plupart des jeunes et intellectuels. Les « Madres de la Plaza de Mayo» continuent de manifester en réclamant une réponse sur le sort de ces « disparus » tous les jeudis après-midi plaza de mayo à Buenos Aires. Une autre chose à savoir sur l’Argentine qui fait froid dans le dos : en 1945 le gouvernement distribua 60 000 cartes d’identités vierges aux anciens nazis qui furent accueillis sur le sol argentin pour échapper aux tribunaux de guerre. Si ceci est vrai pour l’Argentine, cela l’est également pour certains autres pays d’Amérique de Sud.

Bribes clandestines  d'histoire Revue Revue clandestine

Ce musée est donc un hommage aux disparus. Il y a surtout des œuvres d’art mais aucunes photos de tortures comme au S21. Le musée se trouve tout de même dans l’ancienne prison clandestine où les « rebelles » étaient sûrement torturés puis tués.

Critique d'époque Livres interdits Livres prohibés

Pour notre dernier jour, nous allons au musée des Beaux-Arts. Une très belle exhibition contemporaine d’artistes d’Amériques du Sud.

La bibliothèque interdite Historia de America

Nous avons autant apprécié Cordoba pour la richesse culturelle qu’elle offre que pour les bons moments que nous avons passés à l’auberge en compagnie d’une population internationale et conviviale.

Arche du parc

Illegal

1 Commentaire

Les commentaires sont fermés.

  1. Milie 5 années Il y a

    Il y a tant de fois où j’aimerais être avec vous…

©2011-2017 Alexandre & Juliette

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?