Shangri-La, porte du Tibet

La route qui mène des gorges du Tigre bondissant à Shangri-la est superbe. Nous regrettons de ne pouvoir partager ces moments avec nos compagnons de randonnée, mais les rencontres dans un tour du monde sont ainsi faites : chacun poursuit sa route selon son intuition !

Route de départ de Shangri La

Nous sympathisons avec un groupe de jeune chinois (et japonais) qui nous aideront à trouver notre auberge sans que nous leur demandions quoique ce soit… et il faut bien reconnaitre qu’au fin fond de la Chine, il est confortable de ne pas avoir à lutter pour comprendre dans quelle gare routière nous sommes laissés – ils demanderont au chauffeur et en chinois de nous laisser sur un lieu arrangeant, ni avoir à demander les directions pour l’hébergement avec des signes qui laissent les chinois désespérément impassibles.

Les lames du Tibet Boutiques de Shangri la
Il fait 7 à 8°C dans la chambre et il n’y a pas de chauffage, mais nous disposons d’une couverture électrique qui fait ce qu’elle peut et d’une douche chaude. Nous avons de la chance car il neigeait il y a encore 3 jours et il fait maintenant un grand ciel bleu et une température acceptable en journée. Les tibétains que nous croisons sont très souriants et sont amusés de rencontrer des occidentaux.

Shangri La dans les rues de Shangri la

La vielle ville de Shangri-la est constituée de choppes touristiques et des rares boutiques d’antiquités. Il subsiste cependant une tradition folklorique sur la place centrale où en fin d’après-midi les locaux se réunissent pour une danse circulaire à laquelle quiconque peut se joindre.

Tibétaine punk

Danse collective traditionnelle et journalière

Pour la nourriture, nous essaierons le hot pot tibétain, bien que nous n’ayons pas pu tout identifier c’est un réel régal. Et que dire de ce rêve du carnivore : prendre au petit déjeuner un steak de yack, accompagné de champignons d’espèces aussi variés que goûtus, avec vu sur les montagnes tibétaines?!
Après le hot pot...

Nous partons visiter le monastère de Gedan Songzanlin de Zhongdian – le vrai nom de Shangri La. Nous prenons le bus, qui nous indique de descendre mais au mauvais arrêt – au moins nous savons maintenant où se trouve la gare routière…

3600 m

On se rend compte qu’on a un peu trop pris confiance : nous sommes partis sans guide, sans carte ni petit lexique et nous ne nous rappelons ni le nom de l’auberge ni même le nom du monastère… Nous tentons de nous faire comprendre à l’accueil d’un hôtel, par chance une cliente chinoise parlant anglais nous fait écrire le nom du monastère en chinois. Nous décidons de prendre un taxi.

Vue sur Shangri La

Le taxi nous dépose et nous pensons que ce n’est pas le bon monastère, mais elle insiste. En fait, elle nous a déposé à l’entrée d’un piège à touriste qui mène au monastère et nous paierons une visite guidée en… chinois.
Le monastère est très beau – et très haut 3600m : on commence à le sentir. Mais pour en profiter, nous devons d’abord semer notre groupe…

Dans un groupe organisé en chinois Ils ne nous rattraperons jamais Au secours

Il fut construit en 1679 et considéré comme l’un des monastères les plus importants du Yunnan. Environ 600 moines et Lamas y vivent discrètement malgré les touristes. Les quelques moines que nous rencontrons sont accueillant et semblent raisonner de spiritualité loin des clichés ancrés.

Entrée du temple Ouest

Pour la descente vers la ville, nous trouvons facilement le bon bus qui nous mène quasiment de porte à porte pour 1 Yuan…

Faire tourner la roue

 

Le reste du diaporama :

Quelques astuces pour les voyageurs.

L’hotel : n kitchen
Très bon accueil et esprit, il fait très froid dans les chambres mais c’est le cas partout dans cette gamme.
Pour se rendre au monastère : prendre le bus N°3 pour 1 yuan qui monte tout en haut du monastère. En prenant un taxi il y a des chances qu’il ne monte pas tout en haut à l’entrée du monastère.
Pour revenir sur Kumning, plutôt que de prendre le bus de nuit, préférez prendre un « big bus » l’après-midi jusqu’à Lijiang (il y en a un toutes les demi-heures, 80yuans, 4 heures de trajet) puis un train de nuit (Bus N°18 jusqu’à la gare flambant neuve, 220 yuans en soft bed, 9 heures de trajet).

Petite belle porte