Le Myanmar pour les nuls

Itinéraire

Du 22/11/2011 au 18/12/2011 soit 26 jours.

 

On a aimé

  1. Les rires des enfants et les échanges avec les plus grands
  2. La campagne birmane
  3. Les cités anciennes à Mandalay
  4. Les backpackers rencontrés
  5. Le golfe du Bengale

On a moins aimé

  1. Les récits trop excessifs sur le pays
  2. La nourriture
  3. Les transports
  4. Le pantalon de rando volé à a laverie
  5. Les petites arnaques de pseudo trip touristiques

Notre bilan

La connexion internet au Myanmar étant encore problématique nous publions ce bilan en tour du Monde un peu tard… et c’est tant mieux ! Car il faut du recul pour digérer un séjour « routard » dans ce pays, qui se révèle aussi attachant que complexe.
À commencer par les transports qui nous ont vraiment fait mal – au sens littéral – et par la (non) nourriture qui peut vite créer un manque d’énergie dans un premier temps. Tout ceci contribue à faire du Myanmar un séjour assez physique – on ne parle ici que du circuit « classique ».
À refaire, nous tenterions les zones les plus difficiles d’accès – au sens administratif – qui sont certainement les plus intéressantes – Himalaya, ethnies montagnardes… mais qui demandent aussi plus de budget (accès uniquement par avion, guide obligatoire) et une autre organisation – trois semaines pour obtenir un permis d’accès aux régions « sensibles ».
Honnêtement, nous n’y avons pas trouvé le côté « époustouflant » ni « grandiose » vantés par les blogueurs. Par exemple, les fameux treks qui ne sont en fait que des (belles) balades préformatées pour les touristes. Mais nous y avons tout de même trouvé une certaine authenticité, une diversité et une chaleur humaine certaine – qui reste modérée, là encore l’emballement de certains est un peu too much …

Pour le débat : « faut-il aller au Myanmar : est-ce donner caution à la dictature de la junte ? »
La première chose à savoir, c’est que malgré toute la bonne volonté du tourisme responsable, une partie de ses dépenses tombera fatalement dans les caisses de la junte. Mais ce qui est certain c’est que le blocus de l’occident ne lui fait plus vraiment de tort économiquement – ils ont de toutes façons vendus quasiment toutes leurs ressources naturelles à la Chine, la Thaïlande et à l’Inde…
Les relations diplomatiques commencent toutefois à s’améliorer avec l’occident et c’est tant mieux, car le pays est autant asphyxier culturellement par le régime que par les compressions économiques des autres pays d’Asie.
Quoiqu’il en soit pour nous, les sourires et la complicité qui s’installent rapidement témoignent au moins d’une chose : les birmans sont heureux d’échanger avec les voyageurs.

Budget journalier (pour 2 personnes)

  • Devise : 1 € = 1060 K
  • Moyenne : 34 € (mieux que prévu!)
  • Hébergement : 12 €
  • Repas : 9 €
  • Transport : 9 €
  • Visite : 2 €

Tips pour le Myanmar

Quelques infos mise à jour, car entre notre livre guide qui s’est révélé être une parodie obsolète (la nouvelle version ne vaut guère mieux) et les vérités des forums qui ne sont plus à jour, nous nous y sommes un peu perdus…

  1. Éviter de suivre les guides pour l’hébergement, qui ont eu pour effet d’augmenter les prix (doubler !) et franchement nous avons trouvé mieux par nous-mêmes ou en discutant avec d’autres voyageurs.
  2. Réserver la première nuit si possible à Yangon et à Mandalay, car les infrastructures ne suivent pas la demande.
  3. Négocier systématiquement les prix ! Au-delà du budget, ne pensez surtout pas faire une bonne action en donnant un dollar à une fillette de 7 ans pour lui acheter sa carte postale !
  4. Attention au laundry, notez bien ce que vous leur laisser et montrer cette note à votre laveur…

 

Et le meilleur pour la fin : la problématique des dollars neufs au Myanmar – les seuls acceptés !

Sources d’angoisse pour beaucoup, les choses ont changées… Nous avions achetés des dollars en France, puis à Bangkok car nous trouvions nos billets « pas assez neufs ». Nous sommes allés dans un bureau de change recommandé qui connaissait effectivement le problème. Mais nous avons eu des billets encore moins neufs… Au final, nous n’avons eu aucun problème…
Nos conseils :

  • Pas de billets froissés – encore que les nôtres sont passés, y compris dans les organes officiels – et surtout pas déchirés.
  • Vous pouvez passer un petit coup de gomme sur les billets pour retirer les traces d’encre – attention à ne pas les froisser…
  • Ceci est particulièrement vrai pour le billet de 100$ (pour le 1 et 5 ça ne l’est pas du tout).
  • C’est surtout la zone blanche autour des visages sur le billet qui doit être impeccable (pas de trace de stylo etc.)
  • Contrairement à ce qui est dit et redit, faites votre change à l’aéroport ou dans un organisme officiel : c’est maintenant de très loin le meilleur taux et vous aurez des billets tous neufs !
  • Changez des euros Yangon, c’est nettement plus rentable que les dollars – et ils sont moins regardants!