Koh jum : c’est parti pour les îles !

Notre trajet jusqu’à koh jum depuis khao sok, la première île sur laquelle nous avons décidé de nous poser, se passe sans encombre. L’industrie touristique en Thaïlande est une véritable horlogerie. Du point A où l’on décide de partir, on nous colle une vignette où est écrit le point B. Et les quelques correspondances sont quasiment transparentes.
Il est très difficile de sortir du trajet ou de négocier un tarif. Par exemple, le bus nous dépose à 10 minutes en voiture du port – évidemment nous n’en savons rien, mais impossible de prendre un pickup autre que celui de l’agence où l’on est déposé.


Nous voilà embarqué sur le premier bateau, un peu surchargé mais le pont est plutôt agréable. À l’approche de l’île, des long boats s’amarrent au ferry pour prendre les passagers selon l’indication de leur autocollant et les amener à la bonne plage. Encore une fois tout est millimétré…
Le temps est un peu maussade et nous regrettons d’avoir réservé car un rabatteur sur le bateau nous proposera moins cher et l’hôtel où nous arrivons – pourtant recommandé par le guide… n’est pas des plus vivants.



Le temps gris puis les espèces de petites méduses nous ont découragés de la baignade, aussi nous décidons de partir explorer l’île en scooter.
La route est un peu chaotique mais très sympa. On se rend vite compte que l’île est petite mais rouler à travers la jungle est agréable, les singes, les cris bizarres de la jungle, les serpents verts fluo, les petits villages, les sourires des autres motards – bon c‘est pas des blousons de cuir non plus…
Bref, born to be wild !

Nous décidons de reprendre nos sacs pour changer d’hôtel, car l’ambiance familiale centrée sur elle-même et le tarif/prestations nous pèsent. Nous finissons par trouver sur un coup du sort un resort hippie – visiblement certains occidentaux vivent là depuis au moins une vingtaine d’années ! L’accueil de la patronne malaisienne est réjouissant et le tarif des bungalows ridiculement bas – 5€ la nuit. Chacun se sert dans le frigo et note ses commandes sur un petit carnet pour tout payer à la fin de son séjour… confiance !


Nous avons abusé des coconuts, de pad thai ressemblant à des volcans fait d’œuf et de nouilles géantes, de jus de tron, de poissons… et nous avons tout bien noté en bon élève ! Bilan : tout compris avec l’hébergement nous avons payé moins cher qu’uniquement la nuit dans n’importe quel autre resort et surtout une ambiance chaleureuse !

Un couple rencontré en Jordanie nous avez conseillé de venir sur cette île car il n’y avait personne. Et effectivement… il n’y avait pas grand monde, c’est une île plutôt détente et farniente.

Nous décidons de partir pour Koh Phi Phi et sans réservation cette fois, faisant phi des angoisses occidentales de la « peak season » !

 

3 Commentaires

Les commentaires sont fermés.

  1. JB 6 années Il y a

    Continuer de nous faire rever ;)

  2. Cathy 6 années Il y a

    Tu vois ! je savais bien qu’on aurais dû équiper un peu plus notre Typhoon! un petit panier et qq accessoires ça change tout :)

  3. Lionel 5 années Il y a

    Parfait le scoot !

©2011-2017 Alexandre & Juliette

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?